A la Une

HCI-Covid-19 : Le projet RANFOSE plaide pour la fortification alimentaire en Haïti

Alors que la pandémie du covid-19 est en train de gagner du terrain dans le monde avec de plus en plus de cas de contamination confirmée, il est encore plus urgent de maintenir les efforts de lutte contre les carences en micronutriments en Haïti à travers la fortification alimentaire.

Impacts de la pandémie du Covid-19

La pandémie du Covid-19 n’est pas sans conséquences en Haïti. Le dernier rapport de la Coordination Nationale de la Sécurité Alimentaire en Haïti (CNSA) a fait état d’une exacerbation de l’insécurité alimentaire préexistante avec notamment une hausse des prix sur le marché des produits alimentaires de base et une baisse de la disponibilité de certains produits locaux. Parallèlement, si la plupart des institutions de santé faisant de la prise en charge de la malnutrition rapportent le maintien de leurs activités, une diminution de leur fréquentation a été rapportée. Les activités préventives dont la vaccination, la surveillance de la malnutrition, la supplémentation en micronutriments, la pesée etc. au niveau des communautés se sont timidement maintenues dans seulement deux départements. Une situation qui serait due entre autre à un manque de matériels de protection (masques, gants etc.) par les agents de santé communautaire. De plus, il y a une exacerbation de la situation économique avec une augmentation de la vulnérabilité des familles les plus pauvres.

LIRE AUSSI:  Taux de référence de la BRH pour ce mardi 15 septembre 2020

Il est donc légitime d’anticiper que les efforts de lutte contre la malnutrition sont menacés par la pandémie du covid-19 alors que les taux de malnutrition étaient déjà à la hausse et que les carences en micronutriments représentent un véritable problème de santé publique en Haïti. D’après l’enquête SMART de 2020, la malnutrition aiguë globale est passée de 4 à 6 % alors que la malnutrition aiguë sévère est passée de 0.8 à 2.1%.

Covid-19 : La fortification alimentaire encore plus importante

La malnutrition étant un facteur de risque majeur de co-morbidité chez les personnes affectées par la covid-19, il faut maintenir le statut nutritionnel des personnes les plus vulnérables. Plusieurs études ont démontré une augmentation de la mortalité due aux infections par carences en zinc, vitamine A, fer pour ne citer que ceux-là. En effet, un manque de vitamine A augmente les risques de diarrhée, de malaria et de rougeole. La carence en zinc est associée à la tuberculose, les maladies diarrhéiques, les pneumonies tandis que celle en fer altère l’immunité diminuant ainsi les fonctions de défense du corps et augmentant la mortalité de manière générale.Parallèlement, il ne faut pas oublier les autres effets délétères de ces carences non liés à l’infection dont les malformations congénitales, l’anémie, l’altération du système cognitif, de la croissance et du développement.

LIRE AUSSI:  Révocation de Abelson Grosnegre, les membres du SPNH-17 annonce une journée de marche.

La fortification alimentaire qui consiste à ajouter de petites quantités de vitamines et minéraux dans les aliments de base, est l’une des interventions durables capables d’aider à combattre les carences en micronutriments et à promouvoir le bien-être et la santé des populations.
En 2017, l’Agence des États-Unis pour le Développement International (USAID), a lancé le projet RANFOSE, qui travaille avec le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP), le secteur privé et d’autres partenaires, pour appuyer le Programme National de Fortification Alimentaire et garantir que les produits alimentaires enrichis sont largement disponibles dans tout le pays pour améliorer la santé des familles haïtiennes.Ce projet fait suite à la publication de la loi sur la fortification alimentaire qui rend obligatoire l’enrichissement de la farine de blé au fer, à l’acide folique, au zinc et aux vitamines B1, B2, B3, ainsi que l’ajout de la vitamine A à l’huile de cuisson et l’iode au sel.
Si la fortification alimentaire a été prouvée comme une stratégie sûre, peu coûteuse et effective dans la lutte contre les carences en micronutriments, elle devient encore plus cruciale à l’heure de la pandémie du covid-19. En effet, la consommation des produits fortifiés, notamment la farine, l’huile et le sel, pourraient aider à diminuer les impacts négatifs liés à la crise sanitaire, en particulier, la diminution de la disponibilité des produits riches en vitamines et minéraux ainsi que des revenus pour s’en procurer.

LIRE AUSSI:  Urgent : La zone de Drouillard et ses environs à éviter

Ensemble, nous pouvons renforcer les efforts de lutte contre les carences en micronutriments en Haïti pendant la pandémie du covid-19.
La fortification alimentaire peut aider à diminuer la vulnérabilité des personnes souffrant de malnutrition pendant la pandémie du covid-19 en Haïti et prévenir sur le long terme les conséquences néfastes des carences en micronutriments. Par conséquent, nous encourageons :

    o   Le maintien des efforts pour rendre les aliments fortifiés disponibles. RANFÒSE renouvelle son appel aux entreprises n’ayant pas encore rejoint la lutte contre les carences en micronutriments en Haïti, à emboiter le pas;
    o   L‘amélioration de l’accès à une diète diversifiée et de qualité avec des aliments locaux;
    o   L’inclusion des produits fortifiés disponibles sur le marché lors de la distribution d’aide alimentaire;
    o   La mobilisation des équipes communautaires et la dotation du personnel de santé d’équipements de protection individuelle, pour pallier la perturbation dans  la dispensation des soins primaires;
    o   La prise en compte de la disponibilité ainsi que l’accès aux produits fortifiés dans les enquêtes sur les impacts de la pandémie sur la situation nutritionnelle.
Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer