A la Une

Haïti: Du 20 au 24 janvier, une semaine meurtrière

2019, année tragique, des mobilisations anti gouvernementales, l’insécurité a gangrené et le phénomène pays Lock a empêché la réouverture des classes en septembre prévue au calendrier du Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP).

Plus d’un million d’élèves privés de la formation académique, tous les secteurs ont été touchés par la situation socio-politique du pays. L’année s’en est allée dans un vent de terreur, un climat de sang.

2020, nouvel an, nouvelle stratégie, les établissements fonctionnent timidement, des problèmes économiques et sécuritaires persistent, les enfants regagnent leur salle de classe.

La semaine allant du 20 au 24 janvier a été meurtrière pour les élèves de différentes institutions du pays, à Port-au-Prince et en province, les nouvelles annoncent tristesse. Tôt dans la matinée du 22 janvier à Pétion-ville, un camion dont les freins ont peut-être fait défaut s’est écrasé contre la clôture d’une école causant la mort de deux élèves et plusieurs blessés qui ont été conduits à l’hôpital.

Pas moins de 5 heures écoulées, dans le département du Centre à Lascahobas allait survenir un accident de la circulation qui a emporté la vie de 3 élèves à bord d’une motocyclette. Selon les riverains, un Truck Sound a percuté plusieurs véhicules y compris la moto qui transportait les élèves dont deux étaient d’une même famille.

Coup de tonnerre dans l’après-midi du 23 janvier à Croix-des-Bouquets! Des hommes armés ont criblé de balles une voiture et ont donné la mort à une famille père-fille alors que le père la ramenait de l’école. Une semaine tragique, un bilan énorme, des familles anéanties, des images négatives d’une Haïti plongée dans l’insécurité.

En dépit de la manière sont partis ces jeunes qui, dirait-on, représentent le demain du pays, pas un mot, ni une note officielle d’un Ministère, ni un tweet (chose courante) d’une autorité quelconque. L’État reste muet. Serait-il trop préoccupé de la toile politique? Sont-ils au courant de ces incidents?

Tout de même, en espérant assistance et accompagnement aux victimes, la rédaction de INFO4.0 présente ses sympathies aux familles affectées.

 

 

 

Masson Duckenson

Bouton retour en haut de la page