Qu’adviendra t-il de cette année scolaire vue la Covid-19 qui fait rage ?

La crise sanitaire actuelle a boulversé et transformé les routines individuelles et mondiales. Cette pandémie qu’est la covid-19 a arrêté totalement ou partiellement les activités même les activités scolaires ne sont pas epargnées. Le nombre de personnes infectées et de décés enregistrés se multiplient au jour le jour et aucun médicament ne semble jusqu’à présent capable d’éradiquer ce mal qui répand toujours la terreur.

En Haïti, comme partout ailleurs, dans le système éducatif, la situation est plus que préoccupante. Depuis bientôt ces 3 mois de confinement le gouvernement s’est attelé à apporter des solutions pour la continuité de l’enseignement classique dans le pays.

Tout d’abord, ils ont essayé d’instituer des programmes d’études télévisées plus précisément sur la télévision nationale d’Haïti (TNH) pour les élèves, ciblant principalement ceux du secondaire rénové.

LIRE AUSSI:  Publication du calendrier des examens officiels

Pour la majorité de la population, ce programme n’était pas bénéfique parce que beaucoup de facteurs nuisaient à sa pleine réussite. Les problèmes d’interaction élèves-professeurs, les heures de cours insuffisantes à couvrir le programme, le manque d’électricité sont entre autre les points soulever en vue de montrer l’inefficacité de ce programme.

Ensuite la technologie vient à paraître comme la situation idéale, des institutions sont entrain d’utiliser des plateformes en ligne tels google classroom, whatsapp… mais à quelle fin ?
Hélas, cette solution s’avère inadaptée en Haïti vue notre avancée technologique et la qualité hideuse de notre système éducatif.
Comment venir à bout d’une solution pareille quand vient l’épineux problème de l’électricité qu’on a une ou deux fois par semaine et parfois moins?

LIRE AUSSI:  Publication du calendrier des examens officiels

À quoi doit-on s’attendre d’un débit d’internet aussi faible qu’est le nôtre ?

Si des jeunes n’arrivent à manipuler correctement un smartphone qu’en est-il des parents qui doivent aider les plus jeunes ? Les réponses à toutes ces questions prouvent combien cette solution est inadéquate au contexte actuel.

Depuis cela quelque temps, le ministre de l’éducation nationale et de la formation professionnelle MENFP a annoncé l’étude d’une double possibilité pour la reprise des cours. Il consiste à faire bénéficier aux élèves d’une cinquantaine de jours de classe pour ensuite faire un examen de passage.
Est-ce que, ajouté au 3 mois de classe déjà effectué, ces 50 jours suffiront à mettre à niveau les élèves ?

Cette période pandémique a éveillé les vraies failles de notre système, c’est le bon côté des choses. Est-ce que les autorités étatiques en tireront des leçons et prépareront les élèves à faire face à ces genres de situation à l’avenir ?
Beaucoup pensent que ce problème avec le programme scolaire en plus de la pandémie est dû au pays lock. Et malheureusement ils n’ont pas tort puisse que sans ces mouvements paralysant le parfait déroulement de l’année scolaire, les élèves composeraient leur 3ème contrôle tout juste avant l’arrivée de la pandémie sur notre territoire. Là aussi des leçons sont à retenir et si les recommandations sont vraiment fondées d’autres stratégies sont à envisager.

LIRE AUSSI:  Publication du calendrier des examens officiels

L’année scolaire ne sera pas perdue, assure le ministre Agénor Cadet. D’autres informations sont à venir…

Loubenson FRANÇOIS

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer