Pourquoi la PNH peine-t-elle à honorer sa devise ”Protéger et servir” après 25 ans d’existence ?

Créée le 12 juin 1995 avec comme mission de protéger et de servir la population, la PNH semble être hors du cadre. Quelles seraient les causes des péripéties que rencontrent cette noble institution?

Elles seraient occasionnelles et profrondes.

Son statut étant purement étatique, la sécurité publique étant une pièce maîtresse de la bonne marche d’une société, elle devrait en toute logique bénéficiée d’une grande préoccupation de la part des autorités concernées (important financement budgétaire).Malheureusement ce n’est pas le cas. Maigres ressources financières, gestion désastreuse de ces dernières et indifférence des dirigeants constituent les causes occasionnelles qui mettent à mal le travail des policiers.

LIRE AUSSI:  Haïti-Insécurité : Un autobus attaqué par des individus armés

Des maux primaires qui ont eu inévitablement des répercussions négatives sur le bon fonctionnement de l’Institution et l’implication de ses membres.

En effet, avec la croissance démographique énorme de la population, le revenu limité de la grande majorité lié à la situation économique critique n’aident pas les policiers (eux-mêmes issus du peuple).

Ainsi, tout cela conduit à un manque d’engagement, instrumentalisation par certains politiciens et bandits sans oublier corruption (rakèt) car ceux-ci ont plus de 3 enfants pour la plupart et un salaire en dessous de la normale.

En dépit du fait que le salaire soit peu élevé, les policiers peinent à être ponctuellement payés ,(l’Etat devant plusieurs mois d’arriérés salaire).

LIRE AUSSI:  Un nouveau commissaire à la tête de la DCPA

Autant de raisons qui ont évidemment mené à la formation de syndicats parmi les policiers, bien qu’une telle initiative pourrait précipiter une implosion et sans nul doute une éventuelle dissolution de ce corps sécuritaire, le manque de cohésion et de leadership en seraient les responsables si un tel scénario venait arriver .

Lorsqu’il y a division au sein de ceux qui sont censés protéger et servir un peuple, cela ne profite qu’au camp ennemi, les bandits qui surveillent les moindres failles pour porter des coups fatals.

LIRE AUSSI:  Trafic d'armes en Haïti : Une liste de trafiquants rendue publique

Les causes occasionnelles et profondes des problèmes au sein de la Police Haïti conduisent inévitablement à l’augmentation de l’insécurité.
Une insécurité dont la population les accuse de constater les dégâts sans pour autant riposter (les cas de Martissant, de Village de Dieu).

Consciencieusement, peut-on oser lapider une Institution livrée à elle-même et délaissée par l’État ?

Une chose est sûre, la Police est indispensable au développement d’une société,par conséquent elle mérite l’attention qu’il faut afin de la mettre dans les meilleures des conditions pour travailler en toute lucidité.

Brhams F• Abraham

Bouton retour en haut de la page