À qui profite la crise sanitaire en Haïti ? 

Malgré les décaissements annoncés par la compagnie de téléphone mobile Digicel, par son service “Mon Cash”, les 3 mille gourdes du gouvernement destinées aux familles nécessiteuses pour subvenir à leurs besoins pendant la crise sanitaire qui sévit dans le pays depuis deux mois, les autorités ne prouvent toujours pas qu’ils sont à la hauteur pour gérer la pandémie dans le pays.

Mon Cash entre subvention et campagne électorale.

Le président Jovenel comme le one man show annonce lors d’un point de presse que 4 millards 500.000 gourdes seront disponibles pour les familles les plus vulnérables dans les quartiers défavorisés, alors que des ASEC, des CASEC ainsi que des proches du pouvoir sont responsables de faire enregistrer les NIF des citoyens pour qu’ils soient bénéficiaires de la subvention gouvernementale.

L’émergence des nouvelles classes, à chaque crises en Haïti

Selon les statistiques, chaque instabilité ou crise a permis à certains groupes de personnes surtout dans le pouvoir d’émerger dans une nouvelle classe sociale, et donne naissance à des nouvelles parties politiques, qui plongent la nation haïtienne dans le néant et pire. Cette fois des manifestants se préparent à demander compte aux dirigeants sur la gestion des fonds coronavirus, Dermalog et surtout le Petro Caribe.

Le peuple haïtien aura, à choisir dans les élections à venir pour le pays.
Est-ce qu’ils auront à choisir entre le loup et le lion, ou se laissera-t-il toujours envelopper par sa précarité, et attendre à vendre son bulletin de vote et sa conscience pour 1000 gourdes.

Info 4.0

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer